Les maisons anciennes

L'habitat ancien à Fontcouverte se concentre essentiellement dans le bourg et quelques hameaux importants (chez Thoreau, chez Chaumet, La Fosse à L'eau…). Quelques traces laissent suggérer la présence de bâtiments datant en partie de la fin du Moyen Age. Dans les parois de certaines dépendances sont intégrées des baies en accolade qui pourraient dater de la fin du XVe ou du XVIe siècle. Ces traces sont très présentes dans le Bourg.  

L'habitat rural analysé se distingue essentiellement par sa grande simplicité et son caractère fonctionnel. Sa spécificité régionale lui est donnée par les matériaux et leur mise en œuvre. Les matériaux utilisés (pierre calcaire, sable, le bois et l'argile) pour la construction sont généralement issus du sol ou sous-sol environnant. La plupart de ces bâtiments ont été réalisés avec soin. Les pierres sont laissées apparentes ou recouvertes d'un léger crépi. Ces matériaux ainsi que les modes de construction donnent une identité d'ensemble à la commune.

 

Les fermes

Au XIXe siècle, apparaissent de nombreuses fermes dont la façade du logis principal - aux bandeaux séparant les niveaux et corniche moulurée - ouvre presque toujours sur une vaste cour bordée de diverses dépendances. Certaines de ces demeures arborent les caractères de la maison de maître. Ces exploitations présentent des morphologies différentes avec parfois un plan proche du carré ou, plus fréquemment, des bâtiments de ferme disposés de façon plus ou moins ordonnée. Avec le développement de l'agriculture, les bâtiments anciens se révélant insuffisants, de grandes étables-granges sont aménagées à quelque distance de l'habitation. Les dépendances ont toujours des proportions et une qualité exceptionnelles. Tous ces bâtiments ouvrent sur une cour ouverte ou fermée. Lors de la crise du phylloxéra, certains propriétaires ont abandonné la culture de la vigne pour se reconvertir dans l'élevage. Les chais ont alors changé de fonction et ont été réutilisés comme étables. Les fermes présentant un plan en U et un plan en L.

 

Les dépendances

Ces dépendances ont un trait commun qu'il convient de souligner : celui du mode de construction qui nécessite généralement l'utilisation d'un matériau de moindre qualité, le moellon mêlé au mortier. Les surfaces des parois sont parfois enduites. La grange est le principal élément qui se retrouve partout, souvent lié à la fonction d'étable. Elle peut adopter deux formes principales. La première consiste en un bâtiment rectangulaire dont l'un des murs gouttereaux est percé d'une grande porte charretière et éventuellement d'une ou deux portes plus petites. Ces portes sont généralement rectangulaires et à linteaux de bois, mais de temps à autre la porte principale est couverte d'un arc. Les autres étables sont des corps de bâtiments de dimensions variables sans grandes caractéristiques. Selon son rôle au sein du domaine agricole, la dépendance est plus ou moins développée en hauteur. En revanche les lieux de stockage et de dépôt de matériel sont les plus imposants. Ils se présentent sous l'apparence de bâtiments aux vastes proportions, d'une bonne amplitude. Ils pouvaient être ouverts sur l'extérieur, sans porte pour fermer l'ensemble. A Fontcouverte beaucoup de hangars (appentis ou ballets) sont encore conservés. Ils étaient intégrés à la propriété ou implantés sur une autre parcelle, dans le hameau ou isolés près des champs cultivés.

Les chais et les celliers sont eux aussi plus ou moins vastes selon l'importance de la ferme. Parfois modestement adossés à l'arrière du logis, ils peuvent, dans les grandes fermes viticoles, prendre la forme de longs corps de bâtiments régulièrement percés de larges baies, aux volets souvent clos. Lors de la crise du Phylloxéra, certains propriétaires ont abandonné la culture de la vigne pour se reconvertir dans l'élevage. Les chais ont alors changé de fonction et ont été réutilisés comme des étables. Certaines dépendances sont situées dans le prolongement de la demeure. On distingue leur volume plus bas que celui de l'habitation. Parfois il existait un accès direct entre la maison et les communs que définissait une porte située à l'intérieur. Selon les époques et l'importance de la propriété et du propriétaire, les communs ont une allure très contrastée. Malgré tout, le constructeur cherche toujours à répondre aux nécessités imposées par la fonction du lieu.

 

Textes et photos extraits de "L'Inventaire du Patrimoine de Fontcouverte".  Atelier du Patrimoine de Saintonge. Saintes.